Projet Anticosti, Partie 9: Suite et fin

Du 18 au 23 juillet 2021

Suivez notre progression sur la carte dans l’onglet « Où sommes-nous ? » Consultez notre « Livre de bord » pour les détails journaliers. Abonnez-vous au blogue ou à la page Facebook Derrière l’horizon pour ne rien manquer.

Les derniers kilomètres de route dans le Parc de la Mauricie sont aussi agréables que les précédents. La route du parc qui fait 63 kilomètres, est un pur bonheur pour les cyclosportifs. En ce dimanche, ils sont nombreux à rouler en peloton et à brûler les watts. 

Le choc est arrivé dès que nous avons passé la guérite de l’entrée St-Mathieu. De retour à la réalité québécoise, nous avons renoué avec les trous et les fissures. Quel contraste ! Par chance, cela ne dure pas très longtemps.

Nous passons le cap des 3,000 kilomètres depuis notre départ le 15 mai 2021. Nous touchons à la région de Lanaudière et la grande région de Montréal se pointe le bout du nez sur l’écran radar. Encore quelques centaines de kilomètres et nous poserons nos sacoches.

Il fallait bien sûr, à Saint-Élie-de-Caxton, s’arrêter à la traverse de lutins. Il n’y en avait pas lors de notre passage. Par contre, l’arbre à paparmanes était bien garni. Dans la boutique d’artisanat près de l’église, nous constatons que les paparmanes en vente sont pas mal plus petites que celles dans l’arbre.

  • « C’est parce qu’elles ont été séchées », nous répond la gentille dame qui tient boutique, avec un petit sourire en coin.

L’empreinte qu’a laissé Fred Pellerin sur son village est profonde. Cafés, boutiques, musées, et tours de ville en bus accueillent les touristes curieux venus revivre un peu de ses contes.

Le Pont de broche

Nous abordons ensuite la région de Lanaudière. Des lacs à profusion. Rares sont les segments de route inhabités. Un peu plus et on manquait le pont de broche. Oui, oui, c’est son nom, Le Pont de broche ! Il faut dire qu’on aime les ponts qui branlent et celui-ci arrive au haut de notre palmarès. Ce pont enjambe la rivière du Loup entre St-Paulin et St-Alexis-des-Monts. L’origine du pont remonte à 1902 et permettait aux élèves d’aller à l’école de l’autre côté de la rivière. Il a été reconstruit trois fois. Voici ce qu’en disait Susy Martel:

« Il est bien vivant dans les souvenances et il vibre lorsque vous l’empruntez parce que l’homme lui a transmis ses saisons passées, ses espoirs, ses rêves et tout son coeur. Allant d’un côté à l’autre, il se pose sur des pierres dénudées ou sur de la mousse desséchée. Gardien de la mémoire des générations passées qui l’ont emprunté, il rappelle aux générations futures de le protéger. »

Le Pont de broche de Saint-Alexis-des-Monts
Le Pont de broche (cliquez l’image pour démarrer la vidéo)

Il y a du beau dans ces campagnes tranquilles où il ne semble pas s’y passer grand chose. Comme une grange joliment décorée, comme ces personnages improbables qui nous saluent le long du chemin. Faits de bois, avec un tel soucis du détail, Françoise et tombée en amour avec eux.

Le ciel nous menaçait depuis quelque temps et voilà que l’averse nous tombe dessus. Par chance, nous arrivons au vignoble Saint-Gabriel. 

Quelle chance nous avons qu’il soit ouvert en ce lundi. Tant d’endroits sont fermés en début de semaine par les temps qui courent. Nous en profiterons pour laisser passer l’ondée et visiter le lieu. La cave a vin a ceci de particulier qu’elle est faite des arceaux de béton qui devaient servir à la construction d’un viaduc routier. Le propriétaire les a rachetés pour faire la structure en dôme de sa cave à vin où vieillit son vin dans les tonneaux de chêne français. Nous avons dégusté le vin blanc qui était, ma foi, correct. Comme il est bio, ça nous a bien plu. L’averse terminée, nous avons repris le chemin vers St-Gabriel. 

Parmi les villages visités dans Lanaudière, celui de Ste-Émélie-de-l’Énergie est celui que nous avons trouvé le plus joli. C’est triste, par contre, de voir tous ces commerces vides et placardés. La plupart des restaurants ne sont ouverts que partiellement durant la semaine, faute de main d’oeuvre pour les opérer. Une conséquence de la pandémie ? Difficile de lui mettre tout sur le dos. La saison des vacances bat son plein en ce moment et ça ne suffit pas. 

Depuis notre départ du Lac St-Jean, nous n’avons rencontré qu’un seul cyclotouriste sur la route et c’est à St-Gabriel que nous l’avons croisé. Il faut dire que la Haute-Mauricie et la Matawinie n’attirent pas la clientèle cycliste comme le font le Bas-St-Laurent et le Saguenay-Lac-St-Jean. 

Pourtant, les routes sont belles et tranquilles, la vie semble s’y dérouler lentement, les fermes sont à dimension humaine, de petits champs de fourrage bordés d’arbres adossés à la montagne voisine. Le relief est relativement plat et les quelques côtes ne sont pas menaçantes.

En arrivant à St-Côme, nous espérions entrer dans un joli village animé. Il nous a apparu tristounet. En ce mardi soir, le seule restaurant ouvert est La Patate à Patate. Devinez ce qu’on a mangé !

Un deuxième cappuccino

Après St-Côme, nous changeons notre parcours initial qui était de passer par St-Donat, Mont-Tremblant et les Laurentides, afin de nous rendre directement à Ste-Thérèse pour visiter mon fils Jean-François. Dès St-Alphonse-de-Rodriguez, on sent la force gravitationnelle de la métropole. Nous sommes probablement en orbite autour d’elle, troisième couronne peut-être. La circulation est intense, les automobilistes plus pressés, moins patients. Les nouveaux développements domiciliaires ont des allures de banlieue. 

Pour la deuxième fois de notre voyage, nous croisons un joli café, le Onze Onze Café de St-Alphonse-de-Rodriguez, ouvert par surcroît. Un arrêt s’impose. On se gâte avec un excellent cappuccino et un scone. Nous n’en avons pas croisé beaucoup des bons cafés sur notre route. Avec cette pénurie de main-d’oeuvre qui affecte durement l’industrie de la restauration, beaucoup d’entreprises n’ont pas tenu le coup ou bien ont dû restreindre leurs heures d’ouverture. Par chance, le Onze Onze Café reste ouvert sept jours par semaine. Ne manquez pas de vous y arrêter si vous passez par là.

Le travaux routiers à l’approche de Rawdon nous forcent à faire un détour, la circulation s’intensifie, la route est mauvaise et l’accotement ressemble à une zone de guerre bombardée. Peut-être les pires conditions de notre voyage, ce n’est pas peu dire. La pause lunch dans le parc des chutes Dorwin est bienvenue, au milieu de la forêt de grands pins parsemée de belles sculptures à même les troncs d’arbres morts.

Nous trouvons à nous loger au camping Morin de St-Lin-des-Laurentides. Encore une fois, un beau site près d’un cours d’eau où pêche le grand héron et où pataugent les canards et leurs canetons. Comme dans bien d’autres campings, nous sommes peut-être les seuls campeurs itinérants en tente. De toute évidence, la région de Lanaudière ne semble pas prisée des cyclotouristes au long cours.

Le camping Morin de Saint-Lin-des-Laurentides
Un autre site de camping au bord de l’eau !

Notre karma se poursuit. À St-Lin-des-Laurentides se trouve un site historique national à la mémoire de Sir Wilfrid Laurier, le premier Premier Ministre francophone du Canada. Il est fermé, nous sommes un jeudi. Le lieu n’ouvre que les weekends ! 

Nous profitons de notre passage dans les Basses-Laurentides pour visiter mon fils qui vient d’emménager dans une nouvelle maison à Ste-Thérèse avec sa conjointe Jo-Annie. De belles retrouvailles. Nous en profitons également pour visiter notre ami Sylvain qui a gentiment accepté de nous héberger en plus de nous offrir un souper de grande classe sur le BBQ.

Notre périple s’achève, nous rentrons à la maison demain. 

Envoye à maison

Nous terminons notre périple à travers le Québec avec une longue journée tranquille et en prenant notre temps. Nous faisons un grand détour par la pointe ouest de l’île de Montréal pour éviter de traverser la ville en son centre. Ça nous a permis de prendre au autre traversier, le quatrième et dernier du voyage, de Laval à l’Île Bizard. 

Une journée pour se remémorer les bons souvenirs encore tous frais de notre voyage. Nous faisons un détour par le Parc-nature du Cap-St-Jacques, un site paisible et naturel en pleine métropole. Nous nous payons même un bon dîner au restaurant à Ste-Anne-de-Bellevue. Il ne fallait surtout pas rater la dernière crème glacée du voyage à l’Île-des-Soeurs avant d’entreprendre la traversée du fleuve par le pont Samuel-de-Champlain. La dernière fois que nous l’avions traversé, c’était entre Port-Menier et Havre-Saint-Pierre.

Balade dans les bois du Cap Saint-Jacques
En pause lunch à Sainte-Anne-de-Bellevue

Nous rentrons la tête remplie de souvenirs, d’images et surtout de rencontres marquantes. Nous avons apprécié chaque instant de ce périple.

Il nous faudra maintenant s’adapter au retour à la vie citadine et sa routine. Nous sommes partis suffisamment longtemps pour modifier notre rythme de vie. Certes il y aura un deuil à vivre, d’autant que nous avons adoré notre vie de nomades. Savoir s’adapter fait partie du genre d’expérience que nous aimons.

« On va toujours trop loin pour ceux qui ne vont nulle part. »
– Pierre Falardeau

Remerciements

Merci aux hôtes qui nous ont accueillis pendant notre voyage, nous gardons un merveilleux souvenir de notre passage chez vous:

  • Colette et Yves de St-Séverin
  • Marie-Claude et Sébastien de Port-Cartier
  • Chantale et Gaétan de Roberval
  • Sylvain de Boisbriand

Merci aussi aux personnes qui nous ont offert asile, ce sera pour une prochaine fois:

  • Michel de Saint-Eusèbe
  • Geneviève de Saint-Donat
  • Françoise et Marc de Baie-Comeau
  • Annie de Saint-Donat

Enfin, merci à vous qui nous avez suivis sur ce blogue et sur les réseaux sociaux. Vos commentaires furent appréciés. Nous souhaitons vous avoir inspiré et vous avoir donné le goût de l’aventure.

Repères:

Parcours:

  • 70 jours de voyage, 52 à vélo, 10 de repos, 8 sur l’Île d’Anticosti.
  • 3,352 km à vélo, 65 km par jour en moyenne, plus petite journée: 24 km, plus grosse: 113 km.
  • 26,170 m d’ascension totale à vélo, plus petite journée: 101 m, plus grosse: 1,394 m.
  • 5 passages de traversiers.

Régions visitées:

  • Montérégie
  • Estrie
  • Centre-du-Québec
  • Chaudière-Appalaches
  • Bas-Saint-Laurent
  • Gaspésie
  • Côte-Nord
  • Saguenay-Lac-St-Jean
  • Mauricie
  • Lanaudière
  • Laurentides

Villes et villages visités

190 villes et villages croisés dont 79 (42%) portaient des noms de saint(e) ou reliés à la religion catholique.

Hébergement:

  • 33 nuitées en camping 
  • 10 nuitées de bivouac
  • 13 nuitées en auberge/hôtel
  • 9 nuitées en gîte
  • 4 nuitées chez des amis ou hôtes.

Température:

  • 44 jours de vélo au sec avec des températures variant de 7 à 34 degrés
  • 8 jours de vélo avec pluie nécessitant l’imperméable au moins une partie de la journée.

Avaries:

  • 1 crevaison
Consultez la carte interactive dans l’onglet Où sommes-nous ?

Notre projet Anticosti s’est terminé en juillet 2021. Nous avons publié une série d’articles au file de notre progressions. Voici les liens:

25 réflexions sur “Projet Anticosti, Partie 9: Suite et fin

    1. Robert de l'Etoile

      Colette, la planète rapetisse à vue d’oeil, au rythme des rencontres et des bins moments que nous avons passé ensemble. Main, il y aura toujours des trésors et nous allons tous les découvrir 😉

      Merci de tes bons mots

      Françoise et Rober

      Aimé par 1 personne

  1. Cécile Fournier

    Ce fut un réel plaisir de vous suivre et lire. Vous avez un bon sens du récit, et chaque fois , en voyant votre courriel arriver sur mon ordinateur, j’étais impatiente de vous lire. Bravo pour le courage de quitter le confort de la sédentarité pour l’aventure. Ce doit sûrement être le secret pour garder un cœur jeune! Je vous souhaite le meilleur pour l’avenir, qu’il soit en mode sédentaire ou nomade! A une prochaine (?) !

    Aimé par 2 personnes

    1. Robert de l'Etoile

      Cécile, nous ne resterons pas sédentaires bien longtemps, déjà un projet est en gestation pour septembre ! Merci de vos bons mots et nous sommes heureux de vous avoir fait voyager un peu avec nous.

      Françoise et Robert

      Aimé par 1 personne

    1. Renée Marin

      Bon retour à la maison!
      J’ai manqué quelques récits mais ce bilan donne des frissons! Vous êtes inspirants!
      Je vous sais très riches de ces expériences et des rencontres que vous faites sur votre chemin.
      Vous êtes arrêté au café 1111 à St-Alphonse. Je connais Pierre le proprio!

      Et une seule crevaison. Il nous arrive parfois d’en avoir 3 dans la même sortie. Vous avez de bons pneus!

      Merci de ce généreux partage. À bientôt !

      Aimé par 1 personne

      1. Robert de l'Etoile

        Le Onze Onze est un charmant café. Le proprio est aussi cycliste ! Nous avons été chanceux, pas de bris mécanique, pas d’accident ni de chute. Merci des bons mots.

        À la prochaine,

        Robert

        J’aime

      2. Robert de l'Etoile

        Yanick, merci c’est gentil. J’espère que vous avez apprécié les 9 articles du Projet Anticosti 2021. Nous avons, de notre côté, aimé chaque moment de notre périple.

        J’aime

  2. jmrbergeron@hotmail.ca

    Félicitations pour ce bel exploit! Oui j’en doute pas que cela va demeurer longtemps dans votre mémoire et vos muscles. Je vois souhaite un bon retour en ville et une adaptation toute en douceur tout en rêvant à votre prochain projet car je doute pas il y en aura un autre mais en temps et lieu. Merci encore pour avoir partagé avec nous. Ce fut très apprécié. A bientôt

    Aimé par 1 personne

    1. Robert de l'Etoile

      Chantale et Gaétan, nous gardons un bon souvenir de notre passage chez vous. Sachez qu’il n’y a pas de frimas sur la clenche de notre porte. Vous êtes les bienvenus chez nous.

      Françoise et Robert

      J’aime

  3. Ping : Projet Anticosti, introduction – Derrière l'horizon

  4. Ping : Projet Anticosti, partie 1: De St-Bruno-de-Montarville à Coaticook – Derrière l'horizon

  5. Ping : Projet Anticosti, partie 2: De Coaticook à St-Fabien-de-Panet – Derrière l'horizon

  6. Ping : Projet Anticosti, partie 3: De St-Fabien-de-Panet à St-Juste-du-Lac – Derrière l'horizon

  7. Ping : Projet Anticosti: Voici Anticosti – Derrière l'horizon

  8. Ping : Projet Anticosti, partie 4: De St-Juste-du-Lac à Sept-Îles – Derrière l'horizon

  9. Ping : Projet Anticosti, partie 6: La Côte-Nord – Derrière l'horizon

  10. Ping : Projet Anticosti, partie 7: Le Saguenay-Lac-St-Jean – Derrière l'horizon

  11. Ping : Projet Anticosti: Merveilleuse Anticosti – Derrière l'horizon

  12. Ping : Projet Anticosti, partie 8: De Roberval au Parc de la Mauricie – Derrière l'horizon

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s